Il faut abolir le pass vaccinal !

Alors que le pass vaccinal a été définitivement adopté en dernière lecture par l’assemblée nationale le dimanche 16 janvier, le gouvernement attend la décision du conseil constitutionnel, attendue ce vendredi 21 janvier, pour qu’il puisse entrer en vigueur dans la foulée.
Il y a en effet peu de suspense sur la décision de l’institution qui a pris l’habitude dans cette crise, à l’instar du parlement et du conseil d’état, d’obéir aveuglement aux ordres de l’exécutif.
Cependant, avant même sa mise en place, de nombreuses voix, même parmi les plus dociles habituellement, mettent en avant son inutilité face au variant Omicron. C’était le tour de Valérie Pécresse ce 17/01 au micro d’Europe 1 qui après avoir défendu le vote du texte a l’assemblée, indiquait : « Le passe vaccinal, il va entrer en vigueur, il ne sera même plus utile » (1). Elle prenait la suite d’Eric Caume, membre du très enfermiste conseil de défense sanitaire, qui déclarait quelques jours plus tôt sur la même antenne « Le pass vaccinal est une erreur » (2).
Le problème c’est qu’avec ce projet le gouvernement apparait à contre-temps de l’épidémie. Lui qui avait toujours réussi à imposer des mesures juste avant le reflux des différentes vagues pour s’en attribuer le mérite, s’est fait prendre de vitesse par le variant Omicron. Ainsi l’épidémiologiste Arnaud Fontanet (lui aussi du conseil scientifique) déclarait le 17/01 sur BFMTV « la décrue a commencé, le pic des infections a été passé ces jours-ci au moins en Île-de-France, ce sera un petit peu plus tard dans les autres régions » (3). Il va donc être difficile d’affirmer que la baisse est causée par un pass vaccinal pas encore entré en vigueur !
La France est également à contre-courant des autres pays européens. Ainsi Boris Johnson a annoncé mercredi 19/01 mettre fin la semaine prochaine à l’essentiel des restrictions anti-Covid à la fin du mois de janvier (4). Du côté de l’Espagne, le premier ministre espagnol Pedro Sanchez envisage dorénavant de traiter le Covid 19 comme une simple grippe (5).
Au niveau européen, Marco Cavalieri, le chef de la stratégie vaccinale de l’EMA (agence européenne du médicament) avait déclaré le 12/01 : « Nous sommes préoccupés par une stratégie qui répéterait la vaccination à court terme. Nous ne pouvons donner continuellement des doses tous les trois mois » (6). Cela rappelle la position du directeur mondial de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus en fin d’année dernière. « Aucun pays ne pourra sortir de la pandémie à coups de doses de rappel » (7).
Au coeur de toutes ces déclarations, il y a le passage de relai entre les variants Delta et Omicron qui a une contagiosité très importante mais une létalité très faibles. Si on regarde le rapport de la DREES du 14/01, on constate que ce dernier est en train de prendre toute la place (88% des tests positif entre le 3 et 9/01), mais seulement 52% des entrées en hospitalisation conventionnelle et 31% en soins critiques (8).
Plus inquiétant encore pour les partisans du pass vaccinal, si on observait une protection importante de la vaccination contre le variant Delta, celle-ci est largement diminuée pour Omicron. Ainsi pour le risque d’infection, la aussi selon la DREES, on a une diminution du risque de seulement 15% (contre 70% pour Delta) pour les vaccinés complet sans rappel et 50% (contre 90 %) pour ceux avec rappel. Plus étonnant, pour la journée du 02/01, le nombre de cas positifs était proportionnellement plus important pour les vaccinés sans rappel (22 255/10Mio) que pour les non vaccinés (17 008/10Mio). Les vaccinées avec rappel étant toujours les plus protégés (9 757/10Mio) (9). La DREES semble avoir cessé de publier les chiffres quotidiens à cette date.
Au delà de l’efficacité du vaccin, la faible létalité du variant Omicron se confirme un peu partout dans le monde: au Danemark, elle a été mesurée à 0,03% (3 fois inférieure au Delta) (10) en sachant que les personnes susceptibles de faire une forme grave ont toujours le même profil : personnes âgées voir très âgées et/ou avec des comorbidités. Dans ces conditions, il devient difficile d’argumenter pour une vaccination quasi obligatoire en population générale c’est à dire vacciner des personnes sans risque de formes graves pour un virus qui de toute façon en fait très peu.
Dans un précédent article (11, faire lien vers https://www.contrepoints.org/2021/09/12/405276-pass-sanitaire-macron-cherche-sa-reelection) j’avais conclu qu’en imposant le pass sanitaire le 12/07, Macron avait fait un coup politique cynique mais qui avait toute les chances de s’avérer gagnant. Avec le pass vaccinal, il est possible qu’il ait joué la partie de trop.

(1) https://www.youtube.com/watch?v=FiJEsGaz25I
(2) https://www.youtube.com/watch?v=5WCJWrXxHaw
(3) https://www.lecourriercauchois.fr/amp-304622-paris-afp.html
(4) https://www.lci.fr/sante/en-direct-covid-19-coronavirus-pandemie-epidemie-cinquieme-vague-variant-omicron-l-administration-biden-va-distribuer-gratuitement-400-millions-de-masques-ffp2-2196156.html
(5) https://www.laprovence.com/actu/en-direct/6626725/le-gouvernement-espagnol-souhaite-gerer-le-covid-19-comme-une-epidemie-de-grippe-saisonniere.html
(6) https://www.lecho.be/economie-politique/europe/general/nous-ne-pouvons-donner-continuellement-des-doses-tous-les-trois-mois-estime-l-ema/10358634.html
(7) https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/12/22/covid-19-aucun-pays-ne-pourra-se-sortir-de-la-pandemie-a-coups-de-doses-de-rappel-juge-l-oms_6107066_3244.html
(8) https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/sites/default/files/2022-01/2022-01-14%20-%20Appariements%20sivic-sidep-vacsi%20Drees%20-%20note%205.pdf
(9) https://covidtracker.fr/vaximpact/
(10) https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/covid-la-faible-mortalite-due-a-omicron-se-confirme-1379414
(11) https://www.contrepoints.org/2021/09/12/405276-pass-sanitaire-macron-cherche-sa-reelection